Dimanche 13 mai 2012 De Cartagene à Gibraltar avec Olivier

Nous quittons Cartagena vers 13H direction Gibraltar

de Cartagena à Gibraltar avec pause derrière le cap de Gata avec Olivier

de Cartagena à Gibraltar avec pause derrière le cap de Gata avec Olivier

Des « HLM » Hôtels à Loyer Maximalsont arrivés durant la nuit

Départ de Cartagena

Départ de Cartagena

Miracle, nous restons a la voile jusqu’à 20H. La nuit se passe tranquillement, et a 6h30, nous pouvons de nouveau arrêter le moteur, le vent monte, la voile descend : 2ris. Au cap Grata, le vent est a 20 nœuds

Du vent au Cap Gata

Du vent au Cap Gata

Le soleil tape, il faut aider Totor, le vent est trop sur l'arrière

Le soleil tape, il faut aider Totor, le vent est trop sur l’arrière

Pour les géographes, nous sommes intrigués par un gros rocher blanc qui se découpe sur le Cap plutôt sombre :

Le cap Gata, plus de 25 kts de vent

Le cap Gata, plus de 25 kts de vent

Le vent continuant a monter une fois le cap franchis, nous décidons de nous abriter derrière, et de nous rapprocher d’un village pour récupérer une météo par 3G.

En attente d'amélioration, derrière le cap Gata.

En attente d’amélioration, derrière le cap Gata.

Le vent tombe assez rapidement, et nous repartons vers 15H sous voile et moteur, pour essayer d’arriver a Gibraltar avant une nouvelle augmentation du vent prévue pour demain soir.

La nuit tombe, et la route nous rapproche petit a petit du rail des cargos ; l’AIS nous montre l’importance de celui-ci.

Le traffic, en approche de Gibraltar

Le traffic, en approche de Gibraltar

Le vent tombe, la mer est vide visuellement, seuls les dauphins viennent nous voir régulièrement, parfois très nombreux, et restent jusqu’à plus d’une heure avec nous :

Accompagnateurs fidèles, les dauphins

Accompagnateurs fidèles, les dauphins

La nuit, le plancton allume tout mouvement de l’eau, le sillage du bateau, et les dauphins sont luminescents

Accompagnateurs fidèles, les dauphins

Accompagnateurs fidèles, les dauphins

 

La nuit est particulièrement stressante : c’est une nuit sans lune, elle ne se lève que vers 4H, et n’est qu’un mince croissant ; le courant est très fort, parfois plus de 3 nœuds , et sa direction est aléatoire du moins dans notre ressenti, la vitesse sur le fond tombe parfois a 1 nœuds, ou accélère a 5,5 nœuds enfin, un bateau s’illumine brutalement juste dans notre cap souhaité. Il fait probablement plus de 100m, mais aucun AIS n’est visible. Ses manœuvre sont incompréhensibles, il semble vouloir rester systématiquement entre moi et Gibraltar, et ce pendant plus d’une heure. D’un seul coup, il disparaît, plus aucune lumière n’est visible, alors qu’il étais a moins d’un mille. Je reprends doucement la direction de Gibraltar, au ralentis au début, puis j’accélère, nous ne le verrons plus.

Nous apprendrons ensuite que des manœuvres de l’Otan se déroulaient dans cette zone, ce qui nous explique la présence de grand bateaux sans AIS ;

Enfin, Gibraltar apparaît :

Le Rocher sort de la brume..

Le Rocher sort de la brume..

La mosquée la plus sud d'Europe

La mosquée la plus sud d’Europe

Enfin, après avoir fait le plein de fuel, nous nous amarrons a « Marina’s Bay Marina » qui maintenant fait partie d’un ensemble immobilier « Ocean Village ».

TAWAK a Gibraltar, à Marina's Bay Marina, près de l'aéroport

TAWAK a Gibraltar, à Marina’s Bay Marina, près de l’aéroport

TAWAK a Gibraltar, à Marina's Bay Marina, près de l'aéroport

TAWAK a Gibraltar, à Marina’s Bay Marina, près de l’aéroport

 

À propos de Jean MILLON

Skipper/Propriètaire du Trismus 32 "TAWAK"
Ce contenu a été publié dans 2012, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.